< Novembre 2011 >
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Retrouvez-nous sur Twitter

Rechercher

RSS Blog

Recevoir les mises à jour par Email 

Recevez un extrait gratuit de 20 pages de la Bible du MJ en vous inscrivant à notre newsletter : 

Lien BMJ  


Vous avez aimé la Bible du Meneur de Jeu, vous aimerez aussi :

New Heaven 

 Teocali, le jeu de rôle



Quelques trucs pour jouer au jeu de rôle avec des enfants
Lundi, 21 Novembre 2011 10:58
Les enfants vont jouer au jeu de rôle
 

Cet article est paru à l’origine sur le blog The Escapist à l’occasion de la semaine spéciale « Teach your kids to game » et est traduit ici avec l’aimable autorisation de son auteur.

Impliquer des enfants dans une partie de jeu de rôle sur table est extrêmement gratifiant, non seulement parce que vous amenez un jeune public à essayer un loisir créatif, stimulant et qui garde leur cerveau en éveil, mais aussi car vous aidez notre passion à se renouveler auprès des générations futures.

Mais c’est aussi un challenge. Faire jouer les plus jeunes au jeu de rôle demande une préparation spécifique. Les enfants ne réagiront pas nécessairement aux mêmes types de séances que des adultes. Ce n’est pas toujours évident de garder leur intérêt et leur participation active tout au long de l’histoire. Et leurs parents peuvent se poser des questions sur ce qui se passe pendant les séances de jeu.

Voici quelques trucs et suggestions pour tous ceux qui veulent s’essayer à ce challenge, sous 3 sujets généraux : préparer une partie pour des enfants, changer son style en tant que MJ pour s’adapter au jeune public et mettre les parents à l’aise avec notre passion.

 

Préparer une partie pour des enfants

Avec des joueurs adultes, c’est toujours une bonne idée de discuter avant la partie avec vos futurs joueurs pour savoir à quel type de jeu ils ont envie de jouer. Avec les enfants, la discussion portera probablement sur le genre de l’histoire : fantasy, science-fiction, superhéros… et ainsi de suite. Essayez de trouver quelque chose qui satisfasse l’ensemble du groupe ou s’en rapproche le plus. Une fois que vous vous êtes mis d’accord sur un genre, évoquez les types de personnages que vos joueurs aimeraient incarner (astuce : les préados aiment bien jouer des personnages adolescents… s’ils n’y pensent pas eux-mêmes, vous pouvez le leur suggérer).

Faites la plus grande partie de la création de personnage vous-même (en se basant sur le concept de leur personnage), plutôt que de les laisser prendre les décisions, tout du moins pour la première séance que vous jouerez avec eux. Cela vous fera gagner du temps, et gardera leur attention pur plonger plus rapidement dans l’action. Si certains ou tous vos joueurs ont envie de faire leur propre personnage complètement, cela peut être une manière de les motiver à revenir pour de prochaines parties.

Préparez des fiches de personnage sur mesure pour vos joueurs. Gardez les informations réduites au minimum, et tenez-vous en aux éléments qui seront utilisés le plus souvent pendant la partie. Laissez non remplies par exemple les compétences que le personnage ne connaît pas. Simplicité et lisibilité sont les maîtres mots ici.

Gardez sous le coude une liste de noms de PNJ pour ces moments où les PJ s’éloigneront du scénario et commenceront à aller parler à tous les passants ou marchands du coin. Un outil qui peut être utile par exemple est cette liste, qui contient des noms venant de cultures du monde entier.

 

Comment changer son style en tant que MJ pour s’adapter à des enfants

Une fois que vous êtes prêt à faire jouer votre partie, il faudra bien garder à l’esprit  les différences entre faire jouer une séance à des enfants et à des adultes. Voici quelques idées pour vous aider à vous ajuster :
  • Limitez vos séances de jeu à deux heures maximum. De ma propre expérience, c’est le meilleur timing pour garder leur intérêt, en les laissant avoir envie de plus à la fin.
  • Créez des opportunités pour que chaque personnage puisse briller, même si cela signifie créer ces moments à la volée. S’il y a un voleur dans le groupe, n’hésitez pas à inclure des serrures à crocheter et des pièges à désamorcer. Garder derrière l’écran une liste des personnages et de leurs capacités spéciales peut vous aider en tant que meneur de jeu au fil du scénario.
  • Assurez-vous que tous les joueurs sont impliqués dans l’histoire et s’amusent. Trouvez des manières de les y attirer s’ils n’y sont pas vraiment : c’est là où vos capacités d’improvisation seront vraiment mises à l’épreuve. Faites en sorte qu’un PNJ les approche avec une information vitale ou bien faites leur trouver un objet d’une très grande valeur : tout ce qui peut amener un peu d’action et les impliquer.
  • Rajoutez-en !!! Les enfants adorent cela ! Utilisez des aides de jeu (mais assurez-vous qu’elles ne présentent aucun risque pour des plus jeunes : figurines sans plomb par exemple), faites des voix pour chacun des PNJ, fabriquez (ou achetez) des vrais casse-têtes pour que les joueurs (dans la peau de leur personnage) les résolvent afin d’ouvrir cette porte verrouillée ou trouvent ce nouvel indice pour leur quête.
  • N’autorisez pas les combats entre PJ ou les conflits, autant que possible. Peut être parfois vous penserez avoir le bon groupe de joueurs pour le permettre… mais dans le doute, encouragez le travail d’équipe et essayez d’éviter de vexer les joueurs en évitant ce type de conflit.

Les enfants n’aiment pas entendre « Non » quand ils demandent quelque chose. Essayez d’utiliser une approche « Oui, mais… » en tant que MJ, dans laquelle vous pourrez ainsi répondre toujours « Oui » à chaque requête des PJ, mais en incluant une certaine forme de limitation sur ces demandes. Vous pourrez trouver plus d’informations sur ce style de jeu dans les articles de Robin Laws  ici.  (NdT : Une partie de ces articles a été traduite par PTGPTB notamment celui sur le « Oui mais… » ici)

 

Mettre les parents à l’aise avec notre loisir

Notre hobby du jeu de rôle est de plus en plus accepté de nos jours après 30 années d’existence, mais il y a peut être encore des parents qui ont pu avoir de mauvaises informations sur ce que sont les JDR et ce qui se passe vraiment lors d’une séance de jeu. D’autres peuvent comprendre mieux, mais avoir néanmoins des doutes sur l’activité. C’est à vous de les informer, et de les mettre à l’aise avec ce que vous essayez de faire au cours de la séance.

La meilleure manière d’y arriver est de les inviter à assister à une partie avec votre groupe de joueurs réguliers. Demandez-leur s’ils sont prêts à participer, et si c’est le cas, faites jouer un scénario en one-shot pour eux.

Si vous avez besoin de leur expliquer ce qu’est notre hobby, pensez à les envoyer sur www.theescapist.info le site que j’avais mis au point pour expliquer les bases de notre hobby à de nouveaux arrivants. S’ils ont des doutes sur le jeu de rôle, en se basant sur de vieilles histoires et légendes urbaines, alors envoyez-les sur notre FAQ qui raconte ces légendes et la vérité derrière tout cela. (NdT : Pour les francophones, les liens qui peuvent être donnés aux parents peuvent être ceux de la Fédération Française de Jeu de Rôle, notamment sur la page où est expliqué ce qu’est le jeu de rôle et sur les anciennes affaires et légendes urbaines le site d’Imaginez.net)

Expliquez tous les bénéfices de notre loisir (j’ai une vidéo sur Youtube qui peut aider NdT : et une autre en français sur comment parler du jdr aux non-joueurs ici) et si votre groupe habituel a tendance à inclure des thématiques adultes dans les parties, expliquez bien aux parents que ces thèmes ne seront pas inclus dans la partie que vous jouerez avec leurs enfants.

Gardez à l’esprit que certains parents ne sont pas à l’aise avec certains éléments fantastiques du jeu, comme le surnaturel. Respectez toujours leurs doutes et assurez-leur qu’il y a plein d’autres alternatives.

Et voilà, juste assez d’informations pour vous permettre de faire jouer des aventures avec des enfants. Vous pourrez trouver d’autres conseils sur mon site (www.theescapist.com) et plus d’informations sur les JDR pour enfants avec une liste de jeux suggérés sur le site The Young Person’s Adventure League (NdT : Toujours dans cette optique d’accessibilité au grand public, notamment aux plus jeunes, la FFJDR a également proposé ce type de liste, non exhaustive, via le label découverte sur cette page).

 

Si vous avez d’autres conseils ou idées à partager, n’hésitez pas à le faire en commentaire !

Bon jeu à tous ! 

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher
Etienne C  - Jouer des enfants de son âge   |2011-11-22 12:31:58
Il est bien aussi d'inviter les enfants à jouer des enfants de leur âge. Quand
nous avons créé Marmo en 1999 (http://d6.marmo.fr/) notre choix était de
permettre à nos enfants de jouer à ce type de jeu (à leur demande) en jouant
des enfants qui aurait leur âge dans un monde plutôt contemporain (mâtiné de
magie) et c'est dans cet univers qu'ils se sont révélé les plus créatifs
(échappant au stéréotype de l’héroic fantasy oud es super héros, même
s’il y puisé mais en le transformant).
Règles simples effectivement et
beaucoup de supports à coté, Photo de PNJ, photo d'objets, objets à
manipuler, utilisation de plans, etc.
C'est vrai que les partie ont été
calibré au départ à deux heures mais très rapidement monté à 3 voir 4
heures et ils en ont redemandés.
Aujourd'hui, ils sont rollistes.
Footbridge  - A voir   |2011-12-15 12:14:03
Ah effectivement le concept est plus simple à prendre en main. Je vais aller
jeter un oeil à votre travail.

Sinon il y a aussi Monster and other childish
things ou Little Fears.

Mais l'un des intérêts aussi du jeu de rôle c'est
aussi pour des enfants de "jouer" aux grands.
de la rotule  - importance des aides de jeu   |2011-11-22 20:13:38
C'est un peu dit mais mon expérience en centre de loisir et autres Maisons des
Jeunes me pousse à insister sur l'importance des supports visuels notamment les
figurines.
Les enfants et ados adorent ça! Lorsqu'on est venu avec plusieurs
jeux au choix, les jeux avec supports visuels ont été systématiquement
préférés aux autres.
Les gammes DD et star wars étaient très bien car
déjà peintes et solides, je pense que ça doit encore se trouver assez
facilement.
Footbridge  - Le support visuel   |2011-12-15 12:15:03
Effectivement tout support visuel va bien marcher avec les plus jeunes, que ce
soit des dessins, des plans, des figurines... attention tout de même dans
l'approche à bien leur faire comprendre que ce ne sont que des aides de jeu et
que ce n'est pas non plus nécessaire au jeu et à l'interprétation.
Taybott  - Très intéressant   |2011-11-25 14:18:57
Je dois justement faire jouer un groupe d'enfants de 6 à 13 ans, j'appliquait
déjà une partie des conseils pré-cités, mais ça ajoute d'autres éléments
intéressants.
Footbridge  - Thanks !   |2011-12-15 12:15:25
Merci à toi, au plaisir de te revoir prochainement en conv !
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch:
:(:shock::X:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s
:!::?::idea::arrow:
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."