Animer la partie en jeu

PJ, on vous ment !

 

Mensonges mensonges

 

Dans certains scénarios d’enquête, les personnages doivent faire face à une gallerie de suspects et démasquer parmi eux lequel est le coupable. Les indices matériels ou les témoignages recoupés feront partie des éléments qui permettront aux joueurs d’avancer dans l’histoire, mais pas autant que les interrogatoires poussés de suspects, où il faudra détecter le mensonge. Comment jouer un PNJ qui ment de façon efficace, autrement dit ni trop évidente, ni trop difficile à déceler ?

Ce qu’il est possible d’utiliser

La solution la plus simple et la plus expéditive consiste à accorder à des personnages disposant de facultés comme empathie, perception, de « lancer les dés » pour détecter le mensonge. Cela peut servir à débloquer certaines situations et devrait être privilégié dans les jeux plutôt à tendance ludiste et utilisant de nombreux systèmes de règles.

Mais pour les jeux ou les tables qui visent plus à l’interprétation et à l’immersion, ou pour les meneurs qui ne veulent pas laisser ce facteur de vérité/mensonge entre les mains du hasard, mais uniquement au bon jugé des joueurs et de leur intuition, alors il faut que le MJ « joue » un PNJ qui mente.

Pour un MJ qui est plutôt bon acteur, en s’immergeant bien dans la peau du personnage, il devrait réussir à faire passer le trouble qui habite quelqu’un qui ment naturellement. Mais certaines personnes mentent mieux que d’autres et pour retranscrire ces différences, le MJ devrait accentuer son jeu, notamment dans le cas où la personne est particulièrement lisible.

Pour jouer un personnage qui ment, le meneur peut :

  • Délibérément fuir du regard les joueurs
  • Cligner plus fréquemment des yeux lorsque le regard croise celui des joueurs
  • Réciter les mensonges d’une façon non naturelle, comme si tout avait été appris par cœur.
  • Cacher votre bouche
  • Jouer avec un stylo, un dé ou quelque chose du même style : mentir rendez nerveux.
  • Répondre par une question : ce n’est pas vraiment un mensonge mais un moyen de détourner la conversation.
  • Jouer la carte de l’intimidation : une réponse courte ou abrupte, une personne en colère, voilà qui peut suffire à cacher une vérité.
  • Rester dans le vague : une autre option qui permet de ne pas mentir, mais de laisser les joueurs comprendre que quelque chose ne tourne pas rond.

Ce qu’il vaut mieux éviter

L’une des ambiguités du jeu de rôle est que le meneur va souvent également, dans le cours normal du jeu, faire appel à son imagination pour improviser dans un moment non prévu du scénario. Tous les signes de langage corporel qui s’apparentent à l’appel à l’imagination doivent donc être évités quand on joue un mensonge : par exemple, l’hésitation ou bien regarder vers le haut et à gauche (si vous êtes droitier) peuvent être des signes que vous pouvez faire naturellement, sans vous en rendre compte quand vous improvisez une histoire ou une partie de  l’histoire. Ils sont donc à éviter quand vous voulez jouer le mensonge d’un PNJ.

Il faut enfin savoir utiliser ces petites astuces dans les bons jeux. Si par exemple votre jeu intègre une notion de « conflit social » ou de « joute verbale » dans laquelle peuvent se lancer les personnages qui veulent obtenir la vérité, alors il vaudra mieux utiliser ce système plutôt que de se baser sur l’interprétation. Même si, certains jeux pourront intégrer ces interprétations dans le système de conflit social, par exemple sous fore de bonus ou de malus (bonus pour une bonne interprétation sur une « passe d’arme » de la joute verbale, malus en cas de répétition d’un argument ou du même mensonge au cours du conflit).

 

Bien sûr, un meneur expérimenté aura déjà vécu ces situations et saura les maîtriser, mais attention car parfois, un meneur qui « ment » trop bien en tant que PNJ peut aussi perdre ses PJs dans les méandres d’une enquête, ce qui peut être passionnant à petite dose, mais risque de nuir au plaisir de jeu si cela se produit trop souvent.

Bon jeu à tous !

Commentaires   

0 #3 Footbridge 31-01-2012 17:26
Tout à fait, ce qui constitue à mon sens l'un des points faibles de jeux où l'on prend le parti de dire "il n'y a pas de compétence sociales, tout se joue au roleplay".
Citer
0 #2 yoda 20-12-2011 18:19
Interpréter un PNJ qui ment bien demande un grand talent d'acteur, surtout quand on veut laisser aux PJ la faculté de comprendre qu'il ment mais seulement s'ils sont très bon. C'est une problématique très courante en GN, où il n'y a pas de jet de dés.
Attention quand même à prévenir les joueurs si on ne compte pas utiliser les compétences de psychologie et autres du genre, il est toujours frustrant pour un joueur de concevoir un PJ très sociable pour se rendre compte au final que ses points de création auraient été plus utiles à faire un grosbill, parce que le barbare illettré à côté est joué par un joueur plus perceptif que soi...
Citer
0 #1 elbj 20-12-2011 07:57
Bonjour

Je ne suis pas d'accord avec cette assertion : "Délibérément fuir du regard les joueurs".

Les menteurs ont tendance, justement à fixer intensément, à jouer le "duel" de regard. Lorsque vous parlez à quelqu'un c'est normal que votre regard se balade un peu. Par contre le menteur aura tendance à vouloir imposer son mensonge par l'intensité de son regard.

Cordialement
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir